L’intention et la démarche de l’artiste

Miki Nitadori : « Avec Combat, manuel de survie quotidienne, j’ancre mon travail davantage encore dans l’expérience de chacun, au jour le jour, convaincue qu’il peut parfois être utile de s’aider, de s’inspirer, de s’encourager, de se réconforter de quelques gestes judicieux pour résister, aller de l’avant, se construire, se préserver… Et qui peut dire que l’adolescence n’est pas un de ces moments critiques où se construire, partager ce qui soulage et fait sens n’est pas primordial ? La photographie de classe pourrait ainsi être construite et perçue, sur fond de collectif, comme un assemblage de portraits individuels et d’attitudes où chacun se montre et se démontre comme il est, sachant qu’il demeurera, ainsi fixé, dans les albums de tous. »

Photo-classe1.jpg

Le contenu du projet tel qu’il fut expliqué à la communauté scolaire.

L’action de l’artiste, dans les classes concernées, va prendre appui sur la thématique de la photographie de groupe en privilégiant la place de chacun. Construire une photographie de classe singulière par assemblage de portraits va animer chaque séance dans une stratégie qui semble être bien rodé par l’artiste mais qui laisse aussi une grande place à l’imprévu.

Photo-classe2.jpg

C’est à la demande du comité de pilotage de l’action que la question de la photo de classe se trouve au centre de la résidence. La photo de classe reproduit à l’origine un rituel militaire, celui de la formation d’une classe. C’est ainsi qu’on désignait le rassemblement des jeunes du même âge appelés sous les drapeaux. L’alignement classique d’élèves en rangs serrés, dans une posture stéréotypée, n’est d’ailleurs pas sans rappeler la tradition soldatesque malgré le sourire de mise et la disparition des uniformes. Reprendre cette figure imposée de la prosaïque photographie de classe implique une interrogation sur sa forme et sa sociologie.

Photo-classe3.jpg

Dans la pratique, chaque élève va réaliser son autoportrait associé à un geste de son quotidien. L’interprétation graphique qu’il fera à l’aide de logiciels informatiques simples sera transférée sur un fond coloré représentant l’environnement dans lequel il se sent exister. Le travail de chacun sera ensuite assemblé pour créer une œuvre collective.

Photo-classe4.jpg

Les réalisations seront aussi et en même temps exploitées par l’artiste. Elles feront l’objet d’un travail de sa part et deviendront à la fois matière et support d’une autre création sous la forme d’un catalogue imprimé dans nos ateliers.

Photo-classe5.jpg

Les collègues des équipes pédagogiques viendront accompagner l’action en amont ou en aval en fonction des possibilités de leurs matières. Le département des industries graphiques sera sollicité pour imprimer une partie des réalisations.

Photo-classe6.jpg

Enseignant d’éducation artistique et arts appliqués, j’assure l’encadrement pédagogique de cette action à la fois pendant les séances de cours et de libertés. JMDENIS